La Costa Blanca, une région attractive pour les Français. Publié 15 octobre. Le Courrier d'Espagne

Par 0

La Costa Blanca, une région attractive pour les Français

La Costa Blanca, une région attractive pour les Français

La Costa Blanca est connue pour sa météo clémente, son tourisme mais aussi ses prix immobiliers. Attractifs, ils attirent chaque année des Français en quête d’une certaine qualité de vie.

Dans cette région bordée par le Mer Méditerranée, l’offre et la demande immobilière sont assez denses. Les étrangers, et notamment les Français, n’hésitent pas à venir investir. Selon la dernière étude TINSA, la variation du prix interannuel dans la région a atteint 2%.

Un marché immobilier francophone qui se maintient.
Bien que l´offre soit importante, Jean-Philippe Maratray, fondateur de l´agence Immobilier-costablanca.fr, avertit les acheteurs de rester vigilants car le marché immobilier de cette région cache de grandes disparités. “Il conviendra de toujours rester très attentif à la qualité du bien convoité en neuf comme en ancien, et de surtout choisir avec précaution un lieu qui se révélera au fil du temps être un investissement judicieux”, affirme-t-il.

En effet, nombreux sont les Français cherchant un bien immobilier sur la côte espagnole où les prix sont “3 à 4 fois inférieurs à ceux pratiqués sur les côtes françaises”. Parmi les zones les plus demandées, les ressortissants se tournent vers le nord d’Alicante “qui offre un environnement plus prestigieux et un cadre de vie plus conforme à leurs désirs”. En termes de coût, investir dans un bien est accessible puisque le prix moyen est de 1.400 euros/m² à Alicante par exemple. “Il est donc envisageable d’y réaliser de bonnes affaires, par exemple au travers d’un investissement dédié à la location avec un rendement souvent supérieur à 6 %”, conseille-t-il.

Toujours selon l’expert immobilier, les grandes zones très urbanisées sont délaissées au profit de villes plus petites telles que Dénia, Javéa ou encore El Campello ou Villajoyosa. Celles-ci allient activités balnéaires, modernité et traditions. Des détails qui attirent les investisseurs étrangers.

 

“Aujourd’hui, 200.000 européens francophones vivent en Espagne. Ce qui représente près de 10.000 nouvelles personnes par an”, explique Jean-Philippe Maratray. Et si ces nouveaux investisseurs se lancent dans l’achat, “ils ont le désir d’un accompagnement et d’un service précis et rigoureux” qu’ils ont l’habitude de connaître en France. “Ils souhaitent évidemment réaliser une opération sans risque et être épaulés dans toutes les démarches liées à leur acquisition et à leur nouvelle vie”.

Les nouvelles tendances immobilières
En plus du service et de la zone souhaitée, les futurs investisseurs ont une idée assez précise de ce qu´ils désirent. Et pour cela, l´offre proposée est plutôt diverse. “On peut en effet acheter un petit appartement les pieds dans l’eau pour moins de 100.000 euros ou à l’opposé une villa d’architecte renommé aux lignes modernes à plusieurs millions”, indique l’agent immobilier. “On peut également s’offrir un penthouse, une Finca dans l’arrière-pays ou une jolie maison de style espagnol ou ibicenco. Il y a dans cette région une offre qui permettra de répondre à tous les budgets et tous les goûts.”

Et parmi ces demandes d’achat immobilier, Jean-Philippe Maratray informe que les Français se tournent vers deux types de biens: “L’appartement familial avec deux chambres et terrasse dans une résidence avec piscine et proche de la plage pour un budget entre 150.000 et 250.000 euros; ou bien des maisons individuelles avec piscine entre 300.000 et 500 000 euros”.

Si dans ces investisseurs, on retrouve des familles en quête d’une résidence secondaire; il ne faut pas oublier les futurs ou jeunes retraités qui sont de plus en plus nombreux à choisir cette région d’Espagne. “Ils envisagent de venir y passer tout ou une partie de leur temps”, souligne l’agent immobilier.

Camille Sánchez et Laetitia Salendres

contacts:

jp.maratray@immobilier-costablanca.fr

contact@immobilier-costablanca.fr

Répondre au commentaire